Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Vous Êtes Arrivé

  • : Le blog de la rue Goudouly
  • Le blog de la rue Goudouly
  • : Les humeurs, les rumeurs, les coups de cœur, les coups de gueule, et puis les amitiés de la rue et de plus loin, de la journée, de l'air du temps...un peu de tout, un peu de rien, mais toujours à gauche.
  • Contact

Pour le plaisir

Recherche

Mémoire Classée

En campagne

21 janvier 2008 1 21 /01 /janvier /2008 03:11


N°2 Terrains d’ASILES

(JPEG) Numéro 2, novembre 2007 Sous la direction de Michel AGIER.

.

Terrains d’asiles

Réfugiés, déplacés, sans-papiers
face aux dispositifs de contrôle et d’assistance

.

Publication issue du Programme "ASILES" de recherche collective qui vise à mettre au jour les représentations, pratiques, usages et conceptions des individus, des corps et de la personne qui se développent dans les cadres (camps, ghettos, zones de transit, centres d’accueil, etc) définis par les interventions humanitaire et sécuritaire touchant des populations mobiles et précaires (réfugiés, déplacés, sinistrés, migrants clandestins, demandeurs d’asile,etc). Les enquêtes ethnographiques relèvent de trois entrées ou points de vue : les récits, les corps, les espaces.

Le Programme "ASILES" « Corps des victimes, espaces du sujet – Réfugiés, sinistrés et clandestins, de l’expérience au témoignage », programme pluriannuel (2005-2008) de recherche collective financé par le Ministère de la Recherche dans le cadre de l’Action Concertée Incitative « Terrains, techniques, théories – Travail interdisciplinaire en sciences humaines et sociales » (http://terra.rezo.net/rubrique42.html). Un Colloque international clôturera le programme ASILES les 29-30-31 mai 2008 à l’EHESS (96 et 105 bd Raspail, 75006 Paris). Un Appel à communications sera prochainement publié.

 

INTRODUCTION

Michel AGIER, "Présentation des terrains d’ASILES"

La mobilité de personnes en situation précaire sur le plan physique, social et juridique est un phénomène aujourd’hui massif. Qu’ils soient contraints par les violences internes, les guerres ou par la recherche de ressources sociales inaccessibles dans des lieux d’origine devenus invivables, chaotiques ou sinistrés, ces déplacements de populations touchent plusieurs dizaines de millions de personnes. Ils se font d’abord essentiellement au sein même des pays d’Afrique, d’Asie, du Proche-Orient ou d’Amérique latine (dits déplacements internes), entre les pays d’un même continent (par exemple, en Afrique, en restant de part et d’autre d’une frontière), ou en allant d’un continent à l’autre. (...) Lire la suite : LIRE

1ère partie : DISPOSITIFS DE CONTRÔLE, D’ASSISTANCE ET DE CONFINEMENT
Deux grandes directions des politiques institutionnelles définissent aujourd’hui le cadre de ces mouvements. L’une consiste en une politique des espaces, qui se compose d’une part d’un contrôle des circulations (routes et frontières) et d’autre part d’un ensemble de lieux de confinement ; l’autre direction de ces politiques consiste en une production permanente de catégories et d’institutions permettant de classer, compter et gouverner à part les « populations » ainsi définies.

Flux, frontières et zones d’attente.
La gestion des espaces et des circulations

Jérôme VALLUY, Solidarités et répressions envers les exilés : Le Maroc oriental sous pression de l’externalisation européenne de l’asile. - LIRE

Estelle D’HALLUIN, Travailler sa voix ou comment rendre sa demande d’asile audible. - LIRE

Carolina KOBELINSKY, Le jugement quotidien des demandeurs d’asile. - LIRE

Marc BERNARDOT, Déplacer et loger les indésirables. Sociologie du logement contraint. - LIRE

Nicolas FISCHER, Entre urgence et contrôle. Éléments d’analyse du dispositif contemporain de rétention administrative pour les étrangers en instance d’éloignement du territoire. - LIRE

Chowra MAKAREMI, Vies « en instance » : Le temps et l’espace du maintien en zone d’attente. Le cas de la « Zapi 3 » de Roissy-Charles-De-Gaulle. - LIRE

Henri COURAU, Sangatte. Plus on parle de Réfugiés, moins on parle d’Hommes. - LIRE

Michel AGIER, Liberia 2007 : la guerre est finie ? Notes d’enquête sur le retour des réfugiés. - LIRE

Catégories et institutions. Nommer, classer, gérer les « populations »

Les enquêtes présentées dans ce second volet de la première partie mettent l’accent sur les institutions en charge des politiques de contrôle, assistance, triage, stoppage et exclusion. C’est le second aspect des politiques institutionnelles de contrôle des déplacements : la production toujours renouvelée de catégories de populations, des normes et cadres institutionnels qui leur sont associés.

Jérôme VALLUY, Contribution à une sociologie politique du HCR : le cas des politiques européennes et du HCR au Maroc. - LIRE

Giulia SCALETTARIS, Enquête auprès du siège du HCR : données empiriques et premières réflexions. - LIRE

Julie BAUJARD, Le rapatriement, l’intégration ou la réinstallation ? Analyse critique des « solutions durables » proposées par le HCR aux réfugiés. Le cas de New Delhi. - LIRE

Cécile DUBERNET, Du terrain au droit, du droit sur le terrain ? Origines et trajectoires du label « déplacé interne » - LIRE

Michel AGIER, Le gouvernement humanitaire et la politique des réfugiés. - LIRE

2ème partie : TACTIQUES DE SOI, STRATEGIES COLLECTIVES
On examine ensuite quelques unes des réponses individuelles et collectives apportées aux politiques de contrôle, d’assistance et de confinement, par celles et ceux qui en sont la cible, en partant des lieux mêmes où se déploient ces dispositifs. Cela concerne en premier lieu la longue histoire des camps de réfugiés actuels.

Faire face, vivre avec, transformer les dispositifs de contrôle

Sylvaine BULLE, Domestiquer son environnement. Une approche pragmatiste d’un territoire confiné : le camp de réfugiés de Shu’faat à Jérusalem. - LIRE

Yasmine BOUAGGA, Comment « être palestinien » ? Observations sur la réhabilitation d’un camp par l’UNRWA en Syrie. - LIRE

Alice CORBET, Génération née dans les camps de réfugiés Sahraouis : Une vie entre les camps et l’Occident. - LIRE

Marion FRESIA, Des « réfugiés-migrants » : Les parcours d’exil des réfugiés mauritaniens au Sénégal. - LIRE

Stellio ROLLAND, De l’individuel au collectif : Des stratégies de survie des déplacés colombiens aux regroupements communautaires. - LIRE

Sandrine REVET, La voix des sinistrés. Mobilisations et moments de politique après la catastrophe de 1999 à Vargas (Venezuela). - LIRE


.

.

(JPEG) Rédacteur/trices en chef pour 2006/2008 : Marc Bernardot, Jane FREEDMAN

Du grec « ασυλον (asylon) » (α privative + συλάω piller) « que l’on ne peut piller », inviolable, le terme « asile » a évolué jusqu’à désigner des lieux de mise à l’écart (vieillards, aliénés…). Le droit de l’asile a aussi évolué jusqu’à justifier aujourd’hui, dans de nombreux pays, le rejet de la quasi totalité des exilés. Référé à la Convention de Genève sur les Réfugiés (1951), cet asile étatique, en devenant marginal a laissé place à un asile sociétal qui, dans de nombreux pays d’accueil, forme aujourd’hui l’essentiel de la protection internationale proclamée dans les articles 13 et 14 de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme (1948). Cet asile sociétal, exercé par les voisins, les amis, les militants de la solidarité, les instituteurs et parents d’élèves, les collectivités locales... est accordé souvent en dehors du droit et de l’action étatiques et de plus en plus souvent contre eux. Au regard des articles précités c’est un asile juste mais dégradé. Son ampleur actuelle est symptômatique de l’enterrement de l’asile étatique.

La revue en ligne Asylon(s) du réseau scientifique TERRA (http://terra.rezo.net/rubrique101.html) contribue à la production des connaissances en sciences sociales sur les deux dimensions de ce domaine aujourd’hui saturé dans l’espace public par les idéologies et les croyances. Elle est diffusée gratuitement par la liste [TERRA-Infos] auprès de 42514 destinataires (au 26.11.07).

Partager cet article

Repost 0
Published by Dominique - dans -*- goudouly
commenter cet article

commentaires