Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Vous Êtes Arrivé

  • : Le blog de la rue Goudouly
  • Le blog de la rue Goudouly
  • : Les humeurs, les rumeurs, les coups de cœur, les coups de gueule, et puis les amitiés de la rue et de plus loin, de la journée, de l'air du temps...un peu de tout, un peu de rien, mais toujours à gauche.
  • Contact

Pour le plaisir

Recherche

Mémoire Classée

En campagne

8 février 2008 5 08 /02 /février /2008 03:14
undefined

La science au service de qui ?

 

 

 

Dans une récente revue de science il était question de refroidir la terre pour le cas où.

 

Pour le cas où quoi ?

 

Au cas où le réchauffement global s’emballait.

 

Pourquoi ?

 

Il nous est maigrement concédé qu’il existe une discorde entre ceux qui (immense majorité) attribuent le dérèglement à l’activité humaine et ceux qui (une poignée de franc-tireur) qui imputent ce réchauffement à une origine naturelle.

 

Viennent ensuite une panoplie de quatre projets hors normes auquel j’en rajouterais un glané dans d’autres sphères :

 

-         un immense parasol spatial pour mettre la terre à l’ombre. Ce parasol serait constitué de milliards d’écrans placés dans l’espace.

 

-         Des millions de ballons de souffre pour rafraîchir l’atmosphère. Un million de tonne de souffre serait répandu dans l’atmosphère, conditionné sous forme d’hydrogène sulfaté dans des bonbonnes suspendues à des ballons de type de ceux utilisés pour la météorologie. Il serait ensuite pulvérisé en altitude pour réfléchir la lumière.

 

-         Une banquise artificielle pour relancer le golf stream. Un système complexe de production et de fonte de glace pour précipiter au fond des océans au lieu de la plongée des eaux en zone arctique, des massage d’eau glacées au printemps.

 

-         Du sulfate de fer dans l’océan pour piéger le carbone. Du fer est répandu dans des zones faibles en plancton afin que celui-ci se développe et qu’il consomme du CO2.

 

 

 

L’humain ne manque pas d’imagination et nous aurons en regardant le 5ème projet la réponse à cette profusion de réflexion.

 

Dans ces recherches une constante est à noter, ou une interrogation plutôt : à qui profitent ce type de trouvailles ? Ne peut-on envisager d’autres moyens, moins couteux, plus écologistes, plus, allez n’aillons pas peur des mots, plus raisonnables ?

 

 

 

Ces choix, ou pistes de choix ont d’autres origines.

 

Allons-nous promener du côté des « Yes Men ».

 

Quoiqu’ils aient été déjà abordés dans un précédent billet je ne peux m’empêcher de relater à nouveau cette anecdote, car elle porte plusieurs leçons.

 

 

 

Mais d’abord qui sont les Yes Men ?

 

Les Yes Men (Béni-oui-oui en français) sont deux activistes du canular (Andy Bichlbaum et Mike Bonanno), qui dénoncent le libéralisme par la caricature.

 

En se faisant passer pour des intervenants de l'OMC, ils ont entre autres, prononcé des discours sur la privatisation du marché des votes, sur l'apologie de l'esclavage à domicile, qui n'ont pas suscité de réactions particulières de la part des spectateurs, si ce n'est des remerciements.

 

Ils ont ensuite diversifié leurs cibles, parmi lesquelles Georges W. Bush et le groupe chimique Dow Chemical.

 

Dernièrement les Yes Men ont décidé de sévir en France en prenant comme support le pacte écologique de Hulot.

 

Ils ont piégé un porte parole de l’UMP sur la question climatique où ils exposaient, en se faisant passer l’un pour journaliste et l’autre pour un influent industriel américain, l’alliance passée entre Boeing, ITT et Général Electric et le gouvernement US pour produire de la glace dans plusieurs usines à travers le monde afin de la déverser sur la banquise, pour refroidir la température de notre planète.

 

A la question des Yes Men de savoir si Airbus participerait à ce type d’opération, la réponse du politique vaut le déplacement, et par charité je tairais le nom de la personne interrogée : « Nous croyons, libéraux, qu’il y aura de nouvelles croissances, notre industrie, nos moyens de production sont capables de s’adapter au défi qui est lancé par le réchauffement de la planète….Airbus a la même mentalité, la même vision de la croissance… »

 

Nous avons donc la réponse à notre question : à qui profitent ces trouvailles ? : Au libéralisme.

 

Exit l’humain.

 

Il est question dans ce billet du climat, de l’environnement, mais peuvent être abordées de la même manière les questions alimentaires, le sujet des organismes génétiquement modifiés OGM ou des nanotechnologies. Nous y reviendrons.

 

Nous devrions nous occuper de notre avenir.

 

Aurore

Partager cet article

Repost 0
Published by Aurore - dans -*- Billets
commenter cet article

commentaires