Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Vous Êtes Arrivé

  • : Le blog de la rue Goudouly
  • Le blog de la rue Goudouly
  • : Les humeurs, les rumeurs, les coups de cœur, les coups de gueule, et puis les amitiés de la rue et de plus loin, de la journée, de l'air du temps...un peu de tout, un peu de rien, mais toujours à gauche.
  • Contact

Pour le plaisir

Recherche

Mémoire Classée

En campagne

10 février 2008 7 10 /02 /février /2008 03:30
JPEG - 13.7 ko


APPEL AUX POLITIQUES RESPONSABLES

Sur Cassandre>Horscamps




L’autre histoire (L’art, la culture et la gauche française)

Cette question majeure n’est pas apparue lors de la dernière campagne présidentielle et il est temps d’y songer (ajouterai-je qu’il est vraiment temps de s’y mettre ?) Si elle veut vraiment se ressouder autour de valeurs qui ne pourront lui être volées par la machine ultralibérale et ce « storytelling »(1) qui ne peut agir que sur la base d’un décervelage médiatique organisé, la gauche doit impérativement replacer la culture et l’art au centre de ses préoccupations. Et, pour une fois, prendre cette question au sérieux. C’est aujourd’hui un impératif absolu.

Il ne s’agit pas d’utiliser une fois de plus, le « brillant » de l’art comme valeur ajoutée au service du tourisme, du commerce et des parcours politiques ! De juger à l’aune du quantitatif ce qui est de l’ordre du symbolique. Non. Surtout pas.

Il s’agit de prendre conscience de l’importance fondamentale de l’authentique outil de civilisation que représente la mise en jeu et en formes d’aspirations communes par le moyen de l’art.

Devant une offensive matérialiste mondiale qui a pour but de déshumaniser l’être humain, la gauche française fait face à une perte de compréhension de ce qui constitue sa véritable force. Elle ne peut plus se permettre le luxe de ne pas prendre en mains la question de l’immatériel, celle du symbole et de sa transmission.

Elle doit le faire pour deux raisons majeures.

Une raison de fond : bien que nombre de représentants actuels de la gauche française semblent négliger cette réalité, l’importance accordée à la culture et à l’art sont parmi les plus solides fondamentaux d’une vraie pensée de gauche.

La mémoire des peuples, véhiculée et transmise d’une génération l’autre par l’écrit, le théâtre et tous les arts « vivants », le cinéma, la relation construite par l’action artistique, reliant en temps réel des êtres et des pans atomisés d’une société en miettes... de Victor Hugo à Edward Bond en passant par Orwell et Bradbury (mais aussi Peter Brook, Ariane Mnouchkine, Abdellatif Kechich, Ken Loach, etc.), la question de l’humain - aujourd’hui centrale - ce sont très souvent des artistes qui l’ont portée et continuent à la porter au plus haut degré. Car pour toucher l’âme en profondeur, rien n’égale la force de l’art.

Comme l’ont prouvé l’histoire dans notre pays du mouvement de l’Éducation populaire et celui de la première décentralisation théâtrale, les aspirations portées par toutes les formes d’art - lorsqu’elles sont véhiculées de façon démocratique - sont une poutre maîtresse de la construction d’une pensée solidaire, ouverte et humaniste. C’est ainsi qu’a pu se constituer le terreau historique, le fond culturel à partir duquel, dans les siècles récents, les mouvements d’émancipation se sont autorisés à se percevoir comme légitimes jusqu’à devenir des outils politiques. La mémoire et la pensée sous toutes leur formes, particulièrement artistiques (leurs adversaires ne l’ignorent pas, qui ne cessent d’asséner qu’il faut cesser de réfléchir et surtout de faire en sorte qu’on ne puisse penser et ressentir ensemble).

C’est en grande partie ainsi qu’après-guerre, dans un partage d’émotions propices à l’élévation des esprits, la France a su peu à peu renaître de sa débâcle morale. Et c’est principalement sur ces fondations qu’à partir de la Libération s’est construit dans un pays à l’identité dévastée un service public de la culture qui a permis à la pratique de l’art de se défaire des impératifs de rentabilité. Un service public qui permet de redonner à l’art sa vraie place : celle d’un trésor immatériel commun à tous et appartenant à chacun.

La deuxième raison est d’ordre stratégique : dans les rares moments où les politiques de gauche font l’effort de prendre cette question au sérieux, ce qu’on appelle la « droite » ne peut les suivre loin sur ce terrain, et c’est sans doute le seul où ça soit vraiment le cas. C’est la raison pour laquelle les ultralibéraux veulent en finir avec cette « exception culturelle » française qui nous donne une grande responsabilité aux yeux du monde.

Car le vrai travail de l’art, ce mélange d’émotion de mémoire et de désirs communs qui ouvre la voie d’un enrichissement et d’un élargissement de l’âme, ne peut que s’opposer à leurs manœuvres. C’est pourquoi, comme le savait Maurice Pottecher lorsqu’il créa le Théâtre du peuple de Bussang, c’est l’un des outils les plus sûrs de la construction de l’humain et de la résistance à la médiocrité, ce que Jean Jaurès était loin d’ignorer. C’est en grande partie de cette manière, souvent imperceptible, qu’un désir d’émancipation s’est peu à peu développé dans les esprits. Par l’échange, le lien créé par la culture, celui d’une histoire commune que portent l’art et la pensée, la poésie ou le théâtre, réunissant un peuple entier comme le voulait Vilar (et, d’une certaine façon Malraux). Un autre genre de « storytelling », de haut niveau celui-là, fondé sur la mémoire et porteur d’aspirations partagées, par lequel les individus peuvent se vivre en tant qu’acteurs collectifs d’un enrichissement culturel.

Il n’est plus temps de tergiverser : la gauche française doit faire de la culture l’un de ses thèmes majeurs, faute de quoi elle se privera d’un atout essentiel. L’un des derniers dont elle dispose vraiment.

COLLECTIF LES OURS

1- Storytelling, Christian Salmon, La découverte

PS : Verra-t-on un ours PASSER, le 1er février, à midi, du côté des colonnes de Buren ?



 

Partager cet article

Repost 0
Published by Dominique - dans -*- culture
commenter cet article

commentaires