Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Vous Êtes Arrivé

  • : Le blog de la rue Goudouly
  • : Les humeurs, les rumeurs, les coups de cœur, les coups de gueule, et puis les amitiés de la rue et de plus loin, de la journée, de l'air du temps...un peu de tout, un peu de rien, mais toujours à gauche.
  • Contact

Pour le plaisir

Recherche

MÉMoire ClassÉE

En campagne

28 novembre 2008 5 28 /11 /novembre /2008 03:50




























Fonds perdus

L’autre jour en lisant le Financial Times…non là je fais la maligne, je ne lis pas l’anglais et encore moins le Financial Times.

Bon je reprends.

L’autre jour en surfant sur le net (ça fait plus crédible ça ?) je suis tombée sur une traduction d’un article du Financial Times.

Hans Magnus : le grand désastre des fonds de pension

Hans Magnus, économiste en chef à UBS, met en garde contre les effets de la crise sur les fonds de pension. Ceux-ci ont perdu 2 000 milliards de dollars en moins d’un an avec la chute des bourses. La moitié des salariés des pays développés n’ont pas d’épargne, et de nombreux foyers américains comptaient sur la revente de leur bien immobilier pour financer leur retraite.

La transformation en profondeur de la pyramide des ages pose de nombreux problèmes. Mais l’idée que les fonds de pensions privés puissent apporter une réponse relève de l’illusion. La chasse au rendement à laquelle se livrent les fonds de pensions a pour effet de peser sur les salaires et les capacités d’investissement des entreprises, c’est à dire de contracter la demande et l’activité. En tentant d’assurer le revenu de leurs mandants, ils réduisent la richesse produite, et alimentent les flambées spéculatives - et leurs contrecoups, les krachs boursiers, qui ruinent les épargnants.

Allez on reprend dans le calme.

Les fonds de pensions étaient la panacée universelle pour régler le problème du trou de la sécu.

Et tout le monde était comptant, comptant.

Là Hans nous dit : les fonds de pension ont perdu 2000 milliards de dollars.

Et tout le monde est moins comptant.

Pour mémoire, le trou de la sécu en France, pour peu qu’il y ait réellement un trou de la sécu et qu’il ne soit pas fabriqué, est annoncé à : 9,5 milliards d’€uros en 2007 et estimé à 8,9 milliards d’€uros en 2008.

L’Etat veut se désengager.
On comprend l’Etat qui veut faire des économies, sauf que l’Etat c’est nous et que nous, l’Etat, on veut une couverture universelle de solidarité.

On continue.
Les choses étant simple et les américains ayant confiance dans les fonds de pension, ils n’ont pas fait d’économie, moi non plus d’ailleurs. Ils comptaient sur la revente de leur bien immobilier.
Et patatras le secteur immobilier !

On poursuit.

Pour obtenir les rendements les meilleurs, Hans nous dit que les fonds de pensions privés pesaient sur les salaires et les capacités d’investissements des entreprises.

D’où pertes d’emplois et ruine des épargnants.

C’est beau le libéralisme.


Alors on reprends en cœur : nous on veut garder nos retraites par solidarité, nous on veut garder notre sécu.

Même si ça doit coûter un peu à l’Etat, c'est-à-dire à nous.

Parce qu’au moins on sait ce qu’il en deviendra demain.

Et qu’après tout c’est notre argent, de notre travail.

Nous devrions nous occuper de notre avenir.

Aurore



Partager cet article
Repost0

commentaires