Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Vous Êtes Arrivé

  • : Le blog de la rue Goudouly
  • Le blog de la rue Goudouly
  • : Les humeurs, les rumeurs, les coups de cœur, les coups de gueule, et puis les amitiés de la rue et de plus loin, de la journée, de l'air du temps...un peu de tout, un peu de rien, mais toujours à gauche.
  • Contact

Pour le plaisir

Recherche

Mémoire Classée

En campagne

19 décembre 2008 5 19 /12 /décembre /2008 03:48





























Le marché pour qui ?


Le samedi je vais faire mon marché sur la place du village, j’y trouve tout ce que je souhaite en terme de produits frais.

Cela m’est agréable, je rencontre du monde, je vois mes copines, je choisis mes produits et je sais que mes enfants apprécient les produits frais plutôt que surgelés.

Et puis ça m’évite de laisser de l’argent au supermarché. Ce n’est pas plus cher et je n’achète que ce dont j’ai besoin, sans superflue.
Mais pourquoi je vous dit tout cela ?


J'ai participé dernièrement à une discussion où je ne comprenais rien. C'était un samedi matin au marché. Il était question d'économie de marché et de société de marché.

Va-t-en différencier l'un de l'autre quand tu es néophyte.

 

Pour aider tout un chacun et moi même en premier lieu, en sortant de cette discussion, je me suis précipitée sur un dictionnaire. Et voilà le fruit de mes recherches.


La notion d'économie de marché tend à remplacer la notion de capitalisme et n'a pas de définition clairement définie, ni acceptée de manière universelle. Elle est plutôt définie par opposition à des économies dites anciennes ou primitives, même si contemporaines, et surtout en opposition aux économies à planification centralisée donc régies par l'État.


La notion de société de marché serait profondément juste car contrairement à l'État elle permettrait à tout individu d'entrer en concurrence. Ses propres initiatives, sa propre créativité lui donnerait la possibilité de se prendre en charge en entrant en concurrence avec les autres acteurs économiques


Là déjà je flippe et je ne suis pas sûre de tout comprendre.

Mais je tente d'en tirer la substantifique moelle et je rapproche malgré tout les deux notions.

L'économie de marché se situe en opposition à l'État et la société de marché refuse l'État.

Bien que simplifié un maximum le fond du problème est bien là, et je ne vois que très superficiellement la différence.


Quand d'aucun s'époumonait en 1999 pour annoncer : « Oui à l'économie de marché, non à la société de marché » personne n'y compris rien. Et la gauche dans son ensemble bifurqua dans cette aphorisme.

Aujourd'hui encore nous en payons la trahison, car la différence, si elle existe, est à la marge et ne se règle que par l'étendue du principe : réduit à sa qualité de «ressource humaine» l'individu n'a plus de «valeur» s'il cesse d'être «rentable».

Il convient de s'arrêter ici sur le principe de responsabilité individuelle. Être au chômage c'est ne pas être suffisamment compétitif. Le passage de la notion de droit au travail à celle d' « employabilité » montre l'étendue du glissement idéologique

En clair l'individu n'est plus qu'une marchandise qui doit en permanence se former et évoluer s'il veut rester dans le coup pour rester compétitif.

En cela la gauche à largement rejoint la droite et elle fait tout pour maintenir un semblant de distinguo en faisant s'affronter ces deux notions.

En je vous donne en mille le choix.

La droite a adopté la société de marché, quand la gauche se réclame de l'économie de marché.

Mais accepter l'économie de marché c'est de facto faire allégeance à la société de marché.


Cette conversation m'a épuisée et j'ai fait jurer à mes copines que nous parlerions la prochaine fois du choix des cadeaux de nos enfants pour noël.


Nous devrions nous occuper de notre avenir.

Aurore

Partager cet article

Repost 0
Published by Aurore - dans -*- Billets
commenter cet article

commentaires