Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Vous Êtes Arrivé

  • : Le blog de la rue Goudouly
  • Le blog de la rue Goudouly
  • : Les humeurs, les rumeurs, les coups de cœur, les coups de gueule, et puis les amitiés de la rue et de plus loin, de la journée, de l'air du temps...un peu de tout, un peu de rien, mais toujours à gauche.
  • Contact

Pour le plaisir

Recherche

Mémoire Classée

En campagne

18 décembre 2008 4 18 /12 /décembre /2008 03:13














Ouverte ou positive ?


Non, non il n’est ici question que de laïcité. Mais surtout de laïcité.


A l’heure où il est de bon ton d’accoler au mot laïcité toute une série de compléments qui de fait ne rajoutent rien et au mieux atténue la seule valeur en exercice dans notre bonne République, à savoir la laïcité.


Mais faut-il rappeler quelques principes de laïcité avant de se lancer dans « l’ouvertitude » ou « la positivitude » ?


La laïcité est la séparation de l’Eglise et de l’Etat, la séparation du civil et du religieux. Il n’y a rien de plus privé et de plus intime que la religion et chacun à le droit de l’exercer suivant sa conviction personnelle.

Vouloir imposer la chose religieuse relève donc de l’acte militant, du prosélytisme.

On se rapproche du fonctionnement politique, ou peut être sont-ce les politiques qui s’inspirent du religieux.

Mais pourquoi me suis-je lancé dans cette tentative de définition ?


A oui !

Ouverte ou positive ?


Nous voyons fleurir depuis quelques années ces termes se collant systématiquement à l’idée de laïcité : laïcité ouverte, laïcité positive.


En utilisant ces deux termes indifféremment, sans donner plus de contenu que cela, il y a la seule volonté de discréditer la laïcité en affirmant que si elle n’est pas ouverte elle est fermée ou si elle n’est pas positive elle est négative. Cela est plus simple en le disant, n’est-ce pas ?


La laïcité est une situation justement ouverte et largement positive pour que ces termes là rajoutés ne tentent que de faire imaginer à l’esprit étroit de laïcité.


Cela sous tend le retour du religieux ; et le retour du religieux n’est pas à proprement parlé une garanti de liberté.

Voulez vous regarder autour de vous dans le monde le retour des religions et les abandons de liberté que cela entraîne ?

Que certains y trouvent réconfort est une chose entendue et appartient à l’intime, mais vouloir l’imposer à la totalité d’une population frise la dictature.


Il ne peut être proclamé « la supériorité de la religion sur les autres types de convictions » sans détruire la laïcité, sans bafouer l’égalité de traitement des citoyens.

Il ne peut être prétendu que « l’instituteur ne peut éclairer la distinction du bien et du mal comme le fait le pasteur ou le curé », sans disqualifier l’autonomie de jugement dont l’école laïque assure la promotion.

Enfin et pour ne pas trop s’étendre sur ce sujet sensible, il est incompréhensible de brouiller la distinction entre culturel et cultuel afin de rétablir le financement public des religions, sans vouloir détruire la laïcité.


Mon billet de ce jour est moins enjoué que d’habitude, il est malheureusement beaucoup plus grave.

Mais il est question de « gravitude » dans cette affaire, et il est temps que chacun défende cette liberté.

Nous devrions nous occuper de notre avenir.

Aurore

Partager cet article

Repost 0
Published by Aurore - dans -*- Billets
commenter cet article

commentaires