Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Vous Êtes Arrivé

  • : Le blog de la rue Goudouly
  • Le blog de la rue Goudouly
  • : Les humeurs, les rumeurs, les coups de cœur, les coups de gueule, et puis les amitiés de la rue et de plus loin, de la journée, de l'air du temps...un peu de tout, un peu de rien, mais toujours à gauche.
  • Contact

Pour le plaisir

Recherche

Mémoire Classée

En campagne

21 décembre 2008 7 21 /12 /décembre /2008 03:53





















En avant pour la dictature mondiale !


Vous ne connaissait pas Gideon Rachman ?

Bandes de loosers.


Gideon Rachman est éditorialiste au FT.

Quoi, vous ne savez pas ce qu'est le FT ?


LE FI.NAN.CIAL TI.MES

Le Financial Times.


Il faut savoir tout de même que le FT est un des journaux les plus lu au monde par la « classe dirigeante »; en gros c'est lui aussi qui donne le ton, l'ambiance, la tendance, surtout à la city de Londres, plaques tournante du trafic financier mondial.
Vous voyez un peu le genre !


Bon devant tant d'inculture j'abdique.
D'autant plus facilement que ce bonhomme je ne le connaissais pas hier encore.
En l'occurrence ce n'est pas lui qui nous intéresse mais sa fonction.
Éditorialiste au FT.


Et ce qui vraiment nous intéresse, c'est ce qu'il a pu écrire le 9 décembre, en guise d'éditorial, en première page s'il vous plait du FT, sous le titre « And now for a world government »

Je vous fait la traduction simultanée : «  et maintenant un gouvernement mondial »


Que dit-il en substance dans cet article :

« Pour la première fois de ma vie je pense que la formation d’une sorte de gouvernement mondial devient plausible ».

« Un gouvernement mondial serait bien plus qu’une coopération entre nations. Ce serait une entité ayant les caractéristiques d’un État et soutenu par un code de loi. L’Union Européenne a déjà mis en place un gouvernement pour 27 pays et peut servir de modèle ».

A travers les concepts de « souveraineté partagée » ou de « souveraineté responsable » il justifie l’urgence de sa proposition par les situations de crises financières, climatiques et terroristes. « there is global warming, a global financial crisis and a “global war on terror” »

Allons bon, j'ai peur pour la suite.

Cet éminent spécialiste au service du capital fait une remarquable analyse de la situation européenne en lançant « The EU has suffered a series of humiliating defeats in referendums, when plans for “ever closer union” have been referred to the voters. » que l'on peut traduire maladroitement par : « L'UE a subi une série de défaites humiliantes lors des derniers référendums, quand des projets pour une "union sans cesse plus resserrée" ont été présentés aux électeurs. »

L'analyse n'est pas mauvaise, mais voyons la leçon qui suit:

In general, the Union has progressed fastest when far-reaching deals have been agreed by technocrats and politicians – and then pushed through without direct reference to the voters. International governance tends to be effective, only when it is anti-democratic.

En général, l'Union a progressé plus rapidement lorsque les traités ont été élaborés par des technocrates et des politiciens pour ensuite être mis en œuvre sans consultation directe des électeurs. La gouvernance internationale ne tend à être efficace, que si elle est anti-démocratique.


« Until somebody cracks this problem, that plan for world government may have to stay locked away in a safe at the UN » : « Tant que personne ne cassera ce problème, ce plan de gouvernement mondial restera sous clé aux Nations Unies ».

Malgré mes mauvaises traductions, vous comprenez bien le fond du problème.

Non.
Je vous fais un résumé en trois lignes.

Il y a crise

Il faut un gouvernement mondial pour régler le problème.

Les populations n'y comprennent rien.

Instaurons une dictature mondiale.

Bon ça fait quatre lignes. Mais ça fait flipper quand même.


Quand les dictateurs du capitalisme, afin de préserver leurs acquis, se permettent de lâcher leurs éditorialistes dans les journaux qui donnent la tendance pour dire d'aussi grandes saloperies il y a lieu de s'alarmer pour notre devenir.

Quand par ailleurs quelques salariés ou fonctionnaires demandent que leurs acquis soient conservés ON les traite de conservateurs.

Devant l'ampleur de la crise que nous subissons et qui ne va que s'amplifier pour plusieurs années, nos têtes pensantes du capital n'ont trouvé d'autre solution qu'une petite dictature mondiale.

Nous devrions nous occuper de notre avenir.

Aurore



Partager cet article

Repost 0
Published by Aurore - dans -*- Billets
commenter cet article

commentaires