Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Vous Êtes Arrivé

  • : Le blog de la rue Goudouly
  • Le blog de la rue Goudouly
  • : Les humeurs, les rumeurs, les coups de cœur, les coups de gueule, et puis les amitiés de la rue et de plus loin, de la journée, de l'air du temps...un peu de tout, un peu de rien, mais toujours à gauche.
  • Contact

Pour le plaisir

Recherche

Mémoire Classée

En campagne

16 juillet 2009 4 16 /07 /juillet /2009 03:09



J’étais au lycée général. Je bossais avec acharnement Pas question de baisser les bras. Après le bac, je travaillerais dans la culture. J’avais compris beaucoup de choses depuis que j’étais descendue de ma montagne andorrane. Ce que mon père avait fait, ce qu’il avait vendu allait contre la culture. Le pain oui, c’était de la culture. Mes chevaux, c’était de la culture. Le jeu, la drogue, la consommation à tout va la détruisait.

La culture, c’était de la richesse pas un moyen de s’évader. C’était prendre du temps pour comprendre ce qui nous entoure. Le monde est un labyrinthe où se cachent les secrets de la vie. La culture permettait à chacun de trouver sa raison d’être au monde. Précieuse, elle permettait de voir large. L’argent ne faisait pas le bonheur, le savoir, si. Pas seulement la connaissance. Le mot « culture » résonnait dans ma tête et se conjuguait à toutes les sauces.

J'étais pleine d'ambitions. J’avais atterri dans une ville… presque une mégapole pour moi.

Qui drainait des cars entiers d'élèves absorbés par plusieurs lycées

Finis les tête-à-tête avec un Tom absorbé par ses consoles de jeux et quelques copains qui aimaient davantage les gâteaux et les friandises de la boulangerie que mes jeux compliqués.

J’allais partir à la conquête de potes, de nombreux amis filles et garçons, d'amourettes… et bien sûr aussi du grand Amour.

Le jour où j’allai m’inscrire au lycée, tous les élèves étaient dans la rue, déchaînés, joyeux, gueulards, avec des banderoles anti- CPE

C comme chômage, P comme précaire, E comme éjectable

Je ne comprenais pas ce qui se passait mais je fus embarquée d'office dans le mouvement festif et jubilatoire. Anti CPE, anti- CPE ? Je lisais les pancartes.

Chômage Précarité Esclavage

Comment pourrir l’emploi

Cherche pigeons à exploiter !

 

— Moi, c'est Anaïs, me cria une jolie manifestante dans le vacarme. Et toi , « nouvelle » ?

— Je débarque de la montagne, je m'appelle Alys. A-L-Y-S.

— Tu es dans quel lycée, Alys ?

— Le lycée Calvetti !

— Pareil ! C’est un bon lycée, je te ferai connaître mes potes, une bonne bande, tu verras, tu vas t’éclater…

— Tant mieux, j’en ai besoin !

— Tu verras, Pamieux est une chouette ville. Je te ferai connaître le bistrot des étudiants, et tous nos coins à nous...

Un jeune rouquin les rattrapa.

— Moi, c’est Tibo.

Il était beau, Tibo. Il avait plein de taches de rousseur et une voix de stentor.

Lundi CPE, mardi CPE, mercredi ANPE, jeudi CPE, vendredi CPE, samedi ANPE, dimanche on fait la manche

Je ne posais pas de questions pour ne pas paraître ignare. Je songeais fermement à mes études, et donc était aveuglément des leurs.

Contrat première embûche

Contrat première emmerde

Contrat précarité extrême

Contrat pour esclaves

Contrat Poubelle Embauche

Contrat privilégiant exploitation

Certitude perdre emploi

Ils n'étaient pas sur les bancs d'école mais dans la rue. Je commençais ma première expérience du lycée par une gigantesque récréation collective.

De Villepin au RMA, Sarkozy au RMI

Jeunes aujourd'hui dans la rue, pour ne pas avoir à y vivre demain

Un gars un tantinet plus mûr ou affirmé, les cheveux ébouriffés, le poitrail à peine entrouvert sur une toison noire et fine, un petit carré d'étoffe rouge sur une pomme d'adam bien saillante était juché sur une murette, brandissant un instrument qui amplifiait sa voix (un mégaphone , sus-je plus tard).

Nous ne sommes pas de la Chair à Patron Exploitable

Nous ne sommes pas de la chair fraîche à consommer avant 26 ans

Nous sommes Contre la Précarité et l'Exclusion

Contre le Contrat Pour t'Entuber

Contre le Contrat Pour t'Encuver

Contre le contrat Pour l'Employeur

Il haranguait la foule surchauffée et l'entraînait sur un rythme martial et jovial à la fois.

Il était impossible de résister à ses slogans cadencés qui mettaient la foule en liesse.

La précarité, ça ne peut plus durer !

Au 20ème on riait du 19ème, au 21ème on regrettera le 20ème !

Dis, papa, c'est quoi un CDI ?

Dis, Papa, c'est vrai que pépé n’a pas connu le chômage ?

Déjà je me sentais conquise par le look et la détermination de notre leader.

Embauché, débauché, jeune condamné à la précarité, merci l'UMP

Non à la Casse Programmée de l'Économie

D'emblée ma folle poitrine a frémi. J'espérais qu'il me remarquerait, je nous imaginais tous deux, ensemble, conquis l'un par l'autre. Il ne me remarqua pas.

A 13 heures les forces de l'ordre, discrètes mais efficaces, dispersèrent la foule sans aucun mal.

C.R.S. : Chirac ! Robien ! Sarko !

Galouzeau serre les fesses, on arrive en vitesse

Il faut dire que les tiraillements d'estomacs reprenaient leur droits

Une consigne parcourut les rangées d'étudiants :

Tous au Castelet , tous au Castelet !

Partager cet article

Repost 0
Published by Goudouly - dans -*- culture
commenter cet article

commentaires