Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Vous Êtes Arrivé

  • : Le blog de la rue Goudouly
  • Le blog de la rue Goudouly
  • : Les humeurs, les rumeurs, les coups de cœur, les coups de gueule, et puis les amitiés de la rue et de plus loin, de la journée, de l'air du temps...un peu de tout, un peu de rien, mais toujours à gauche.
  • Contact

Pour le plaisir

Recherche

Mémoire Classée

En campagne

21 mai 2010 5 21 /05 /mai /2010 03:07

grece-067.jpg

 

C’est l’heure de l’apéro.

 http://goudouly.over-blog.com/article-c-est-l-heure-de-l-apero-50541522.html

 

Même si vous n’êtes pas des amis sur Facebook vous ne pouvez échapper à la tendance du moment : les apéros géants.

 

Il y a même une carte de France des apéros autorisés et interdits.

 

En soit l’apéro ne me gêne pas.

L’été j’y suis même favorable, quoique de manière raisonnable. J’ai un discours de prévention envers mes enfants en ce qui concerne toutes les consommations qui peuvent conduirent à des addictions.

 

L’organisation d’apéros géants me semble superfétatoire, voire même inutile.

Mais le phénomène m’intrigue.

Pourquoi les gens passent-ils par des réseaux dits sociaux tels Facebook pour se retrouver ?

Peut être notre société n’offre-t-elle plus de lieux d’échanges ?

Peut être aussi que le virtuel ne suffit pas, qu’il faille aussi et bien sûr du physique et que l’apéro soit un excellent moyen de se rencontrer.

 

La raison est valable.

L’envie se comprend.

 

Les bars faisaient office de lieux de rencontres il n’y a pas si longtemps que cela.

Aujourd’hui ils ferment les uns après les autres.

Les villages perdent leurs cafés.

La faute à qui ?

A un peu tout le monde : les prix, le qu’en dira-t-on, la télévision, l’époque qui change....allez savoir !

 

Toujours est-il que les apéros géants ont le vent en poupe et qu’à juste titre les politiques se soucis des ces rencontres inorganisées qui ne rapportent rien politiquement.

Car la santé publique est de leur ressort aussi.

 

Il n’y a qu’à voir en ce qui concerne l’amiante, ils ont pris leurs responsabilités, certes avec 50 ans de retard et quelques cancers au passage.

Il n’y a qu’à voir avec les OGM, les portables ou l’environnement, ils prennent leurs responsabilités.

Ils délèguent aux experts, à qui ils balancent des millions dans des laboratoires improbables afin de leur servir de fusibles.

 

Les politiques prennent donc les choses en main.

Ils réclament que cela cesse.

Ils réclament un débat public NATIONAL sur les apéros géants.

Le ridicule ne tuant pas ils abordent la question par le côté de la santé publique.

Qui le leur reprocherait ?

Personne, et moi non plus.

Ils ont su si bien faire lors de la dernière crise de grippe.

 

Ce n’est pas là que le bât blesse.

Les débats sur les OGM, le portable ou l’environnement ils les évitent soigneusement.

Voyez le dernier débat organisé, il concernait les nanotechnologies, il a été interrompu en cours de route car il n’allait pas dans le sens des affaires...euh pardon de l’intérêt public.

 

Allons y donc gaiement vers ce débat public concernant les apéros géants.

Moi je suis pour le débat et contre les apéros géants, faux semblants de relation entre humains.

 

Moi je suis pour que la télévision arrête de nous lobotomiser.

Je suis pour que les lieux de création, d’exposition, d’échanges et de transmissions soient ré-ouverts, subventionnés et développés.

 

Ben tant qu’on y est sur les débats publics urgents, je vais leur en proposer un de pressent : l’orientation de notre argent dans la société.

 

Quelles priorités donner à notre argent ?

 

Renflouer les caisses des banques ?

Permettre le hold up du siècle au détriment des populations en organisant la rigueur.

Ou bien, organiser la solidarité et la redistribution des richesses.

 

Allez chiche, organisez le ce débat, là je serais présente.

 

Pour l’autre sur les apéros géants, ne comptez pas sur moi.

Nous devrions nous occuper de notre avenir.

Aurore

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Rue Goudouly - dans -*- Billets
commenter cet article

commentaires