Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Vous Êtes Arrivé

  • : Le blog de la rue Goudouly
  • Le blog de la rue Goudouly
  • : Les humeurs, les rumeurs, les coups de cœur, les coups de gueule, et puis les amitiés de la rue et de plus loin, de la journée, de l'air du temps...un peu de tout, un peu de rien, mais toujours à gauche.
  • Contact

Pour le plaisir

Recherche

Mémoire Classée

En campagne

18 août 2011 4 18 /08 /août /2011 06:40

tp://goudouly.over-blog.com/article-la-crise-des-anes--81761851.html

 

carte postale de Nicolas Floc'h

Nicolas FLOC'H

sur cARTed Network

La crise des ânes

 

 

Un homme portant cravate se présenta un jour dans un village. Monté sur une caisse, il cria à qui voulait l’entendre qu’il achèterait cash 100 euros l’unité tous les ânes qu’on lui proposerait. Les paysans le trouvaient bien peu étrange mais son prix était très intéressant et ceux qui topaient avec lui repartaient le portefeuille rebondi, la mine réjouie. Il revint le lendemain et offrit cette fois 150 € par tête, et là encore une grande partie des habitants lui vendirent leurs bêtes. Les jours suivants, il offrit 300 € et ceux qui ne l’avaient pas encore fait vendirent les derniers ânes existants. Constatant qu’il n’en restait plus un seul, il fit savoir qu’il reviendrait les acheter 500 € dans huit jours et il quitta le village.



Le lendemain, il confia à son associé le troupeau qu’il venait d’acheter et l’envoya dans ce même village avec ordre de revendre les bêtes 400 € l’unité. Face à la possibilité de faire un bénéfice de 100 € dès la semaine suivante, tous les villageois rachetèrent leur âne quatre fois le prix qu’ils l’avaient vendu et pour ce faire, tous empruntèrent.


Comme il fallait s’y attendre, les deux hommes d’affaire s’en allèrent prendre des vacances méritées dans un paradis fiscal et tous les villageois se retrouvèrent avec des ânes sans valeur, endettés jusqu’au cou, ruinés.


Les malheureux tentèrent vainement de les revendre pour rembourser leur emprunt. Le cours de l’âne s’effondra. Les animaux furent saisis puis loués à leurs précédents propriétaires par le banquier. Celui-ci pourtant s’en alla pleurer auprès du maire en expliquant que s’il ne rentrait pas dans ses fonds, il serait ruiné lui aussi et devrait exiger le remboursement immédiat de tous les prêts accordés à la commune.


Pour éviter ce désastre, le Maire, au lieu de donner de l’argent aux habitants du village pour qu’ils paient leurs dettes, le donna au banquier, ami intime et premier adjoint, soit dit en passant. Or celui-ci, après avoir rétabli sa trésorerie, ne fit pas pour autant un trait sur les dettes des villageois ni sur celles de la commune et tous se trouvèrent proches du surendettement.

Voyant sa note en passe d’être dégradée et pris à la gorge par les taux d’intérêts, la commune demanda l’aide des communes voisines, mais ces dernières lui répondirent qu’elles ne pouvaient en aucun cas l’aider car elles avaient connu les mêmes infortunes.

Sur les conseils avisés et désintéressés du banquier, toutes décidèrent de réduire leurs dépenses : moins d’argent pour les écoles, pour les programmes sociaux, la voirie, la police municipale... On repoussa l’âge de départ à la retraite, on supprima des postes d’employés communaux, on baissa les salaires et parallèlement on augmenta les impôts. C’était, disait-on, inévitable mais on promit de moraliser ce scandaleux commerce des ânes.

Cette bien triste histoire prend tout son sel, quand on sait que le banquier et les deux escrocs sont frères et vivent ensemble sur une île des Bermudes, achetée à la sueur de leur front. On les appelle les frères Marchés.

Très généreusement, ils ont promis de subventionner la campagne électorale des maires sortants.

Cette histoire n’est toutefois pas finie car on ignore ce que firent les villageois.

Et vous, qu’auriez-vous fait à leur place ?

Que ferez-vous ?


   

Histoire circulant sur internet d’après une fable espagnole dont l’auteur reste inconnu

Repost 0
Published by Rue Goudouly - dans -*- Billets
commenter cet article
2 juillet 2010 5 02 /07 /juillet /2010 03:42

http://goudouly.over-blog.com/article-pour-etre-du-premier-cercle--53124027.html

 

grece-067.jpg

 

Pour être du premier cercle !

   
 Alors là j’en ai appris une de bien bonne. 
 Bon je savais déjà que pour les plus riches de nos compatriotes (le sont-ils encore ? Nos 
compatriotes. Quand la plus part vivent aux Etats-Unis) le pouvoir est plus facile à
atteindre et que leurs intérêts sont mieux préservés que les miens.
   
 D’aucuns vous diront que c’est normal puisque ce sont eux qui font l’économie 
française.
 Certes, mais si je ne me mets pas derrière mon ordi, avec mes collègues derrières leurs 
machines, je ne vois pas comment ils vont la faire tourner leur économie à eux.
   
 Bref passons et venons en au fruit de mes réflexions de cette semaine. 
   
 J’ai relevé cela dans la presse : « L'ancien ministre du Budget, actuellement ministre 
du Travail en charge du dossier des retraites, a décidé d'annuler une réunion du
Premier cercle, réunissant les donateurs aisés du parti majoritaire, qui devait se tenir
ce lundi soir... Ce Premier cercle compte environ 400 adhérents qui paient entre
3.000 et 7.500 euros l'année pour «approcher le chef de l'Etat
».
   
 Voilà, entre 3000 et 7500 euros l’année pour « approcher le chef de l’Etat » 
   
 Et moi qui crois encore aux institutions françaises et aux discours d’investiture des 
présidents qui s’évertuent à dire qu’ils sont les présidents de tous les français...
   
 En fait il est le président de tous les français, mais il écoute le premier cercle qui pose 
sur la table un joli paquet d’euros qui m’arrangerait bien pour envisager une petite balade
estivale avec mes gosses.
 Bon suivant le montant on choisirait la destination. 
   
 Car raisonnons cinq minutes. 
   
 Ces 3000 à 7500 euros annuels, ils les sortent de leurs entreprises, que nos petites mains 
font tourner. Donc ces 3000 à 7500 euros ils sortent de notre sueur.
   
 Donc ces 400 adhérents ils vont défendre notre travail auprès du président ! 
 Bon là je suis moins sûre. 
   
 Peut être ils obtiennent des faveurs pour que le fisc ne s’intéresse pas à eux ? 
 Peut être ils obtiennent des avantages que je ne soupçonne même pas ? 
   
 J’espère qu’ils ne payent pas pour simplement aller voir le Président, comme on va à la 
ménagerie voir les animaux de cirque !
   
 J’espère que la République a encore de l’honneur. 
   
 Enfin j’en sais rien. 
   
 Ce que je vois c’est que dans un bras de fer entre politiciens, les conseils généraux 
menacent de ne plus payer les allocations sociales aux bénéficiaires du RSA dés la
rentrée de septembre.
   
 Devinez qui c’est qui va charger encore une fois ? 
   
 Et ceci est à mettre en relation avec ce que je sais aussi : c’est que la crise (les crises) 
entre 2008 et 2010 a créée 400 000 pauvres de plus en France.
   
 Et l’UMP il leur demande combien aux nouveaux « pauvres pauvres » pour qu’ils 
puissent approcher le Président ?

Nous devrions nous occuper de notre avenir.

Aurore

Repost 0
Published by Rue Goudouly - dans -*- Billets
commenter cet article
23 juin 2010 3 23 /06 /juin /2010 03:11

http://goudouly.over-blog.com/article-detournement-de-gamins--52780337.html

 

grece-067.jpg

Détournement de gamins !

 

Je vous l’ai dit la semaine dernière, la coupe du monde de football m’est égal.

Mais là je regarde un peu ce qui se passe en dehors du terrain.

 

Je vois le mal être d’une bande de gamins gâtés qui ne savent plus où ils habitent.

Je vois un groupe d’encadrants pas très à la hauteur quand ils devraient être des éducateurs.

 

Je vois aussi des politocards qui jouent leur image sur une équipe de foot.

Je vois qu’il n’y a plus aucune distance.

 

Et puis je suis la presse et je lis, suite à la visite de la ministre des Sports auprès des joueurs de l’équipe de France, cela :

 

Parmi les mesures qu'elle a annoncées après consultation avec «le Président de la République, le Premier Ministre et des responsables du sport français» :

            1) Un audit externe par un cabinet indépendant de tout ce qui s'est passé pendant cette Coupe du monde

            2) Le chantier de la rénovation de la gouvernance.

            3) Le combat de la moralisation financière du sport.

            4) La déontologie.

 

Là je ne peux m’empêcher d’arrêter ma lecture un instant.

Le temps se suspend, l’écran au bout des yeux.

C’est ces poses là qui me font réfléchir sur le fait qu’une grosse connerie a été dite.

Il me faut du temps, faire tourner la phrase pour arriver à saisir où se cache l’ignominie.

 

De prime abord il n’y a pas grand-chose à reprocher aux quatre points proposés, mais à regarder de plus près les réflexions suivantes arrivent :

 

...mais je m’égare.

 

Je m’arrête là et je me dis que ce que propose la ministre face à ces gamins, sans à priori mettre en cause l’équipe dirigeante, je vous le fais remarquer, ressemble plus à un sauvetage du gouvernement à distance.

 

Elle reporte sur les joueurs gavés d’argent les turpitudes des affairistes au pouvoir en place.

 

Elle donne les solutions que tous les français souhaitent pour que la moralisation de la vie publique ait lieu...et elle l’applique à d’autres qu’elle et ses petits copains.

 

Le coup est très fort.

Mais je ne suis pas sûre que cela soit réussi.

 

Surtout que l’équipe de France a perdu et est éliminée de la coupe du monde.

La ministre peut rentrer avec eux dans le même avion, en seconde classe.

 

Voilà à quoi ils réduisent la France avec leurs petits jeux de pouvoir.

Nous devrions nous occuper de notre avenir.

Aurore

 

Repost 0
Published by Rue Goudouly - dans -*- Billets
commenter cet article
18 juin 2010 5 18 /06 /juin /2010 03:38

http://goudouly.over-blog.com/article-la-coupe-du-monde-des--52327902.html

 

grece-067.jpg

 

La coupe du monde des....

 

Eh ben non, je ne vais pas vous parler de la coup du monde de football.

Parce que je trouve le sport érigé à cette enseigne du fric honteux...

 

Tout comme les privilèges sur les retraites de quelques personnes qui s’accrochent à des principes qu’ils refusent aux autres.

Suivez mon regard.

 

Toujours pareil, du moment que ça rentre dans ma poche abondamment, la voisine peut crever !

 

Aujourd’hui je suis triviale, par que le sujet qui me préoccupe l’est malheureusement.

 

Allons à l’essentiel.

 

Le pinard et le saucisson.

Ou le contraire.

 

Parce que quelques musulmans en quête d’un lieu de prière s’exposent sur les trottoirs de Paris pour faire pression afin d ‘obtenir, aux frais de la princesse, un lieu de culte, quelques fanatiques décident dans un élan qu’ils souhaitent patriotique, de coller à la mode absurde du jour en créant un apéro fesse de bouc intitulé : « pinard – saucisson ».

 

Un truc bien franchouillard.

Un truc à double détente qui ne dit pas son nom.

Le saucisson est sensé faire fuir les musulmans.

 

Morte de rire.

J’en ai qui viennent à la maison, des musulmans : le saucisson et le pinard, là je peux vous dire qu’ils n’y crachent pas dessus.

 

Il y a même un évêque qui est venu à la maison, ben lui non plus il ne buvait pas que le vin de messe, et en plus il était sympa.

 

Et puisqu’on en est à comparer les religions, moi qui suit foncièrement laïque, dans tous les sens du terme, à savoir pas seulement en religion, mais aussi dans la séparation du public et du privé, pourquoi tout est offert au catholicisme en France et que les protestants, les bouddhistes, les musulmans, etc. passent après à la trappe ?

Ou au mieux comme faire valoir.

 

Je suis pour que la religion reste dans la sphère privée et que les frais qui incombent dans l’entretien des lieux du culte soient à la charge des fidèles.

Le public n’a rien à voir avec cela.

 

Peut importe que je crois ou que je ne crois pas.

La croyance est mon problème.

Mais j’aimerais faire le compte des dépenses engagées pour l’Eglise en France pour savoir ce qui sort de mon porte monnaie à mon insu.

 

Mais revenons à notre saucisson.

 

Rue de la goutte d’Or à Paris une bande d’énergumène fasciste, va, si la préfecture ne le leur interdit pas, se frotter aux musulmans.

La grande frayeur de l’invasion du Sarrazin.

Il est pratique le Sarrazin pour exacerber les peurs.

 

Il fut un temps où se furent les Espagnols ou les Italiens qui venaient bouffer le pain de Français.

Aujourd’hui se sont les Arabes.

 

Demain les Martiens.

 

Les frères Bogdanoff parlent des Vénusiens.

 

Pourquoi pas ?

 

Moi je me méfie de la révolte des limaces.

Mais bon ce n’est pas demain la veille.

 

A qui profite le crime ?

 

Il ne faut pas toujours regarder où montre le doigt, mais le doigt lui-même.

Et là il est pas très propre le doigt.

 

Le doigt il s’est fourvoyé dans la démonstration graveleuse d’une opération de communication pour faire remonter l’extrême droite.

 

Une association laïque, qui un temps tenta de l’intrusion dans une autre association vraiment laïque, est aussi à la manœuvre dans cette opération.

 

La grande confusion s’installe, pour qui ne fait pas le tri.

 

Et il faut se méfier de la confusion !

 

Nous vivons un monde de dingue, où les communautarismes ont la part belle.

Il ont souvent l’appuie de la droite catholique, mais aussi de la gauche revancharde.

 

Nous sommes aux confins de la séparation du public et du privé, de la séparation de la sphère privée et de l’intérêt public.

 

Ne pas se pencher sur ce sujet, faire l’autruche c’est aussi abonder dans le sens du communautarisme.

 

C’est se retrancher sur une notion privée et exiguë de la société.

 

Eriger ses propres règles, pour un cercle restreint d’adeptes, en espérant beaucoup plus de convertis, est source de toutes les guerres.

Ne pas être convaincu de cela confine à l’absurdité, au non sens.

 

Vivons nous une période de non sens ?

 

Manifestement oui.

 

Les plus hautes instances étatiques, depuis plusieurs années, nous entraînent dans ce non sens.

 

Alors c’est qui les champions ??

Et nous avons à faire à la coupe du monde de quoi ?

Nous devrions nous occuper de notre avenir.

Aurore

 

Repost 0
Published by Rue Goudouly - dans -*- Billets
commenter cet article
11 juin 2010 5 11 /06 /juin /2010 03:01

http://goudouly.over-blog.com/article-le-statut-de-l-elu--51919236.html

 

grece-067.jpg

 

Le statut de l’élu !

 

Je crois en avoir déjà parlé et je ne pensais pas que cela méritait une chronique, mais puisque l’actualité s’en mêle, allons y.

 

Le parti socialiste vient de faire un grand bond en avant.

Au titre de remarque, c’est une femme qui l’a fait faire.

Mais passons.

 

Cette semaine la première secrétaire nationale du parti socialiste a fait valider par son conseil national, sorte de parlement de son parti politique, la limitation du cumul des mandats.

Quoiqu’il y ait eu quelques aménagements en cours de route pour pouvoir calmer la fronde de certains, la proposition a été adoptée.

En ce qui concerne la règle il a fallu accepter une exception : "Tout candidat(e) à une élection parlementaire abandonnera ses mandats exécutifs locaux dans un délai maximum de trois mois après la tenue du scrutin". Cette règle se décline de la manière suivante :

 

Bon, c’est un début, et la première secrétaire a bien du mérite.

 

Toutefois, car il y a toujours un mais en politique, j’attends de voir l’application dans le réel de cette règle.

 

Et nous analyserons les dérogations obtenues une par une, car j’ai encore tout frais dans ma mémoire la question de la parité, qui est devenue une obligation législative et qui souffre tant d’exceptions, certes compensées financièrement (autrement dit par des pénalités) mais qui permet à chaque élu de faire à peu près ce qu’il veut.

Cela ne change pas trop de toute manière l’état d’esprit des vieux dirigeants politiques qui pensent que les femmes sont plus à leur place à la cuisine ou à la maison à torcher les mômes que sur la place publique à s’occuper de la gestion de la cité.

 

Nous ne sommes pas représentatives d’une classe pour eux.

 

Mais la marche va de l’avant et les générations futures auront certainement à cœur d’intégrer les femmes dans leur projet dés le départ...puis il n’y aura plus d’intégration, puisque cela se fera naturellement.

 

Quel beau rêve !

 

Revenons à nos moutons.

 

Le non cumul première étape d’un statut de l’élu ?

 

Là je ne crois pas que l’on y soit encore.

La caste politique, tous bords confondus, va se battre becs et ongles pour garder ses privilèges.

Tous les arguments seront bons, même les plus foireux.

En attendant je vais être un peu utopique d’un monde politique meilleur en partant du postulat que la question de la parité est définitivement réglée.

 

            Le non cumul est devenu la règle

Un élu ne peut occuper qu’un seul mandat direct ou indirect.

La démocratie apprécierait que les intercommunalités, les pays ou autres communautés de communes puissent voir des élections désigner leurs représentants.

 

            Un élu ne peut se représenter qu’une fois à un poste électif, toutes élections confondues.

En clair une personne ne peut reconduire son mandat qu’une fois et ne peut pas dans la foulée se présenter à une autre élection. Car il serait alors simple de faire entrer en ligne de compte le jeu des chaises musicales au sein d’un même parti en se « refilant » les postes d’élus.

 

            Une fois son mandat accompli, l’élu retrouve son travail antérieur, dans l’intégralité de sa fonction et de sa rémunération.

La fonction civile de l’élu lui est réservée, et au terme de sa participation publique il réintègre sa place. Une formation peut lui être soumise si l’évolution du poste le justifie. Son avancement de carrière a suivie aussi son cours.

Le but est d’inciter les personnes à s’engager en politique, sans craindre le retour à la vie civile, mais aussi à inciter à une certaine rotation des compétences.

 

            La rémunération de l’élu est transparente, tant sur le principal que sur les annexes, avec des maxima affichés.

Il ne faut pas transformer un salaire en avantages en nature. IL faut aussi trouver le bon niveau de rémunération qui évite par ailleurs les tentations coupables.

 

            Un élu devrait pouvoir être accompagné d’un « doublon officiel » sans rémunération.

Ce point afin de permettre la formation d’un prochain candidat à ce poste, afin que la compétence des dossiers puisse se transmettre sans difficulté. Ce point d’excluant en rien le fait que le scrutin est le lieu de désignation du titulaire du poste.

 

Arrêtez vous quelques minutes et rêvez !

 

Peut être que d’autres points mériteraient d’être analysés, mais déjà si ces cinq points étaient mis en application, ne croyez vous pas que la vie politique en serait changée ?

 

Nous devrions nous occuper de notre avenir.

 

Aurore.

Repost 0
Published by Rue Goudouly - dans -*- Billets
commenter cet article
5 juin 2010 6 05 /06 /juin /2010 03:57

http://goudouly.over-blog.com/article-mon-coeur-est-en-larme-51498238.html

 

 

Mon cœur est en larme

 

Et moi aussi

Je lis beaucoup sur l'histoire du Mavi Marmara et de la flotille.

Je ne peux m'empêcher de faire le rapprochement avec l'Exodus en 1947 et ses deux morts.

L'Exodus avait permis la création d'Israël.

On sortait de la Shoah.

 

Je me dis que le Mavi Marmara va permettre de libérer la Palestine et son peuple.

Il y a eu 9 morts pour des raisons politiques.

Certains disent qu'il y avait des armes à bord de bateaux de la flottille.

 

Je suis sûre qu'ils en trouveront, qu'elles y aient été présentes ou pas.

 

Ils sont tout de même montés sur le bateau d'une manière expéditive et sans les précautions d'usages utilisées dans ce type d'abordage.

Je n'y connais rien, mais j'ai lu assez de choses pour savoir que Tsahal a utilisé la manière la plus dure possible.

Les gens sur le bateau ont peut être eu peur.

Moi j'aurais eu peur.

Peut être ils s'attendaient à être attaqués.

Ils savaient où ils allaient.

Malgré ce je ne peux pas m'empêcher de penser à ces morts imbéciles de la misère humaine.

 

9 morts de trop.

S'ils servent à recréer l'État Palestinien...

 

Mais je ne sais pourquoi je n'y crois pas.

Le Hamas, les Islamistes, le Likoud, les Sionistes, tout cela me fait pleurer de rage.

9 morts pour rien.

 

Les démocraties internationales, l'ONU, ont demandé une enquête.

Elle va avoir lieu.

 

Pour quel résultat ?

 

Je ne veux jurer de rien, mais là aussi je ne me fais pas d'illusion.

Israël continuera son bonhomme de chemin toujours en guerre.

 

Parce que le marché est aussi un bout d'Israël.

Parce que les démocraties se moquent de plus en plus des peuples.

Alors le peuple Palestinien !

Tout cela me fait pleurer.

 

Nous devrions nous occuper de notre avenir.

Aurore

Repost 0
Published by Rue Goudouly - dans -*- Billets
commenter cet article
4 juin 2010 5 04 /06 /juin /2010 03:53

http://goudouly.over-blog.com/article-le-debat-n-a-aucun-sens-copyright-51077554.html

 

grece-067.jpg

 

 

Le débat n'a aucun sens : copyright

 

Je vous le dis tout de go ce texte est un parfait plagia d’une interview d’Emmanuel Todd dans le progrès de Lyon de la semaine dernière.

Je me dis qu’il y a des mecs qui valent encore le coup, ça donne un espoir.

Mais venons en à la réalité.

Le débat sur les retraites.


Ce n'est pas la priorité. Il est légitime de se poser la question de savoir s'il faut travailler plus longtemps en relation avec l'espérance de vie, et je suis évidemment pour défendre les retraites. Mais c'est un problème de long terme, alors que nous vivons une crise majeure de court terme. Un économiste venu de Mars ne comprendrait pas que la planète France débatte de la manière d'augmenter la durée du travail dans l'avenir pour des personnes ayant déjà un certain âge, alors qu'on ne parvient pas à donner aujourd'hui du travail aux jeunes. En termes d'économie immédiate, la question des retraites n'a aucun sens. Le gouvernement veut donner l'impression qu'il affronte la réalité, la vérité est qu'il fuit la réalité.

Nos sociétés développées sont globalement très riches, très éduquées et âgées. L'âge médian (qui partage la population en deux moitiés) est d'environ 40 ans en France, de 44 ans en Allemagne et au Japon. Si vous enlevez tous les enfants et adolescents qui n'ont pas le droit de vote, vous obtenez un âge médian pour l'électorat qui est encore beaucoup plus élevé…

Je précise aussitôt qu'avec mes 59 ans, je fais partie de la masse centrale de ces « croulants ». Nos sociétés ont donc des préoccupations de gens âgés, qui approchent de la retraite.


Là Emmanuel il déconne, je n’ai que 50 ans.

Mais le problème est ailleurs.


Le vrai problème de la France, c'est la disparition de notre industrie, les délocalisations d'entreprises, la stagnation du niveau de vie. A terme, si nous ne faisons rien, notre société est menacée d'appauvrissement, ce qui remettrait complètement en question toutes les décisions qu'on prépare sur les retraites. Dans ce décalage temporel, ce qui me choque le plus, c'est la place épouvantable qui est faite aux jeunes : ils ont en général un niveau d'études beaucoup plus élevé que les générations précédentes, et ils sont maltraités en termes d'emploi et de salaire. Or je suis désolé d'être obligé de le rappeler : l'avenir d'une société, ce sont ses jeunes, pas ses vieux !

Je n'ai pas de passion particulière pour les jeunes, je trouve les enfants extraordinaires, mais les adolescents sont fatigants - et je sais de quoi je parle. Non, je parle en historien.


Il a raison les ados sont effectivement fatigants, là il sait de quoi il parle.


J'aime bien mon pays, j'ai envie que son histoire continue, et cette histoire sera faite demain par les jeunes d'aujourd'hui. Quant à moi, j'ai reçu ma première évaluation de retraite et ça fait très plaisir.


Vous dire que j’attends la mienne avec impatience ne serait pas trahir un secret.


Mais revenons à la métaphysique des retraites. La crise économique crée une tension très dure sur le marché du travail, et la vie professionnelle est vécue comme une jungle dont on n'a qu'une envie, c'est de sortir le plus vite possible. Le débat sur les retraites traduit cela : les gens s'intéressent plus à l'après-vie professionnelle, comme un refuge à atteindre, qu'à leur travail, qui leur est devenu insupportable.


Rien qu’avec cette phrase ce mec m’époustoufle.


Il est dans la vrai vie ce type, il est pas comme tout ces politiques qui nous l’organisent en s’octroyant au passage des privilèges ou de ces patrons qui nous disent ce qu’il faut faire et à quel salaire on doit être traité et qui eux n’ont aucune limites.


Les premières victimes de la crise sont les ouvriers, qui sont en train de disparaître avec notre industrie, et l'on va d'ailleurs se rendre compte que ce sont les ouvriers qui étaient les véritables créateurs de la richesse du pays. Jusqu'à il y a quelques années, ces ouvriers faisaient grève pour protéger leur outil de travail. Maintenant, ils se battent pour négocier leurs conditions de départ. Leur attitude est très analogue à celle des dirigeants d'entreprise qui essaient de s'en mettre plein les poches, à coups de stock-options ou autres, avant de se faire éjecter… C'est une ambiance d'Apocalypse Now, d'après moi le déluge.


Excellent, tout ceci est excellent.

J’ai toujours dit que le mimétisme dans la société est une chose à considérer.

Mais qu’en est-il de notre fameuse crise ?


Je vois deux phénomènes nouveaux. En Europe, un effet de dislocation selon le degré de résistance des pays et de leur économie.

Et une sorte d'amnésie chez nos gouvernants qui, après avoir bien réagi dans une première phase en comprenant que la crise était un problème de demande, sont en train de changer de pied et d'imposer l'austérité. Tout cela sous la houlette de l'Allemagne, dont la société est la plus âgée d'Europe, alors que la France conserve une bonne démographie.


Alors que deviennent l’Europe de Maastricht et l’Euro ?


Oui l’Euro est mort, si l'Europe n'est pas capable de sortir de la crise par le haut, par la mise en place d'un protectionnisme au niveau du continent. Mais comme c'est très difficile, le plus probable est la disparition de l'euro, de manière ordonnée ou dans la pagaille.


Morte de rire avec leur référendum pipé.


La première victime en serait l'Allemagne, mais on voit se reproduire l'attitude habituelle des dirigeants français : on se rebelle, car on voit bien que nos intérêts ne sont pas les mêmes, et puis on finit par se coucher. Ce qu'ils ne voient pas, c'est que nous sommes dans une crise sans fin, dont on ne sortira qu'en changeant de logiciel, en prenant la voie du protectionnisme européen.


Ben ! il nous promet un bel avenir l’Emmanuel, n’y a-t-il aucun espoir ?


Ce qui me rend optimiste, c'est le bon côté de la mondialisation : un monde qui s'alphabétise, sur fond de baisse générale de la fécondité… Les crises actuelles sont très dures, je ne minimise pas les souffrances qu'elles provoquent, mais ce sont des crises de transition. La tendance de fond est aux grandes retrouvailles de l'humanité.


Eh bien je préfère cette conclusion, car il est facile avec de tels propos de virer à l’extrême droite, la frontière est tellement étroite avec la question du protectionnisme qu’il est simple de basculer dans le nationalisme.


J’ai repris une phrase de son introduction pour en faire une conclusion :

Le gouvernement veut donner l'impression qu'il affronte la réalité sur les retraites, la vérité est qu'il fuit la réalité


C’est le seul point où je suis en désaccord avec Emmanuel, ce qui fait que je discuterais bien avec lui.


Le gouvernement sait ce qu’il fait et pour qui il le fait.


Nous devrions nous occuper de notre avenir.

Aurore

 

Avec la complicité d’Emmanuel Todd et de Francis Brochet journaliste au Progrès de Lyon.

Repost 0
Published by Aurore - dans -*- Billets
commenter cet article
28 mai 2010 5 28 /05 /mai /2010 03:41

http://goudouly.over-blog.com/article-comptabilite--50878593.html

 

grece-067.jpg

 

Comptabilité !

 

J’ai un salaire correct, mais que je juge insuffisant !

Comme tout le monde.

Nous sommes toujours moins payé que ce que nous estimons valoir.

Jusque là je ne fais qu’enfoncer des portes ouvertes.

 

Il n’empêche que de mon salaire je fais un budget.

Je paie le loyer, la partie alimentaire, les habits, la cantine des gosses, les assurances, la voiture, les impôts, l’électricité, le gaz, les frais scolaires, j’essaie de mettre quatre ronds de côté car un jour je voudrais bien accéder à la propriété avec un petit jardin et une chambre pour chacun de mes trois enfants, voir même un chambre d’amie et un bureau isolé.

 

Je me débrouille avec ce qui rentre et ce qui sort et que le tout coïncide sans me mettre la corde au cou.

Ce n’est pas tous les mois facile.

En janvier, après les fêtes c’est dur.

En juin, après les impôts c’est dur.

En septembre après les vacances et la rentrée scolaire c’est dur.

En novembre, après tous les prélèvements « obligatoires » c’est dur aussi.

Et puis l’année recommence.

Une année après l’autre, sans fin...ou presque.

Mais je ne me plains pas. Tous les ménages font de la même manière ou presque.

Je tiens une comptabilité simple et basique qui me permet de m’en sortir et de savoir où je vais.

Gestion en bon père de famille. Ça m’a toujours fait rire cette expression, surtout que ce sont souvent les femmes qui gèrent le budget. Enfin comme moi.

 

Mais surprise, j’apprends par la presse que l’Etat avec un grand E veut faire entrer l’équilibre de son budget, donc le notre, dans la constitution.

Je rêve.

Il n’y a pas de constitution pour envisager cela.

Je n’ai pas écrit un contrat avec mes enfants pour mettre mon budget en équilibre.

C’est ainsi !

Actif, passif.

Entrées, sorties.

Tout doit s’équilibrer.

Là je me dis qu’il y a foutage de gueule.

Aussi je creuse.

L’Etat vit au dessus de ses moyens.

Peut être !

L’Etat doit se serrer la ceinture.

Certes !

Mais l’Etat à des libéralités.

Il augmente les revenus des collaborateurs....euh ! pardon, de ses ministres,...sans vergogne.

L’Etat voyage sans complexe.

L’Etat décide de balancer des milliards vers les banques pour cause de crise ou de sauvetage d’un pays.

L’Etat fait des choix budgétaires qui sont des choix de classe.

Et l’Etat c’est qui ?

Ceux qui dépensent, ce sont ceux que nous avons élus.

Ceux qui paient, ce sont vous et moi.

C’est bien cloisonné l’Etat.

 

L’Etat veut faire rentrer dans la constitution un principe de base qui n’a pas besoin d’être écrit.

C’est un principe de base que la plus simple cellule familiale s’emploie à respecter.

En voulant instituer cela comme un principe constitutionnel, l’Etat « nous » explique que nous vivons au dessus de nos moyens.

Peut être.

Il faut voir pour qui.

Et même certainement pour certaines classes.

 

L’Etat est en devoir de rechercher la meilleure efficacité de l’utilisation de l’argent public. Cela renvoie à l’article 15 de la déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1789, invitant tout agent public à rendre compte de sa mission à la nation.

C’est mieux que l’Etat, la nation non ?

C’est plus clair.

 

Mais à qui profite toute cette manne ?

Ce n’est pas en argumentant sur l’allongement de la retraite que la répartition des richesses s’opérera.

Le principe de la retraite est un contrat social.

C’est en faisant des choix de société pour le plus grand nombre que la répartition se mettra en place et qu’elle évitera des choix catégoriels.

 

Alors chiche !

L’équilibre des budgets est à mettre dans la constitution, mais avec une orientation envers la population française, pour un service d’éducation, un service de soin, un service de solidarité, un service de préservation de l’environnement et tout cela pour toute la population.

Si ce principe d’égalité rentre dans la constitution, accolé à l’équilibre du budget, je vote pour.

 

Le reste n’est que foutaise et n’est que soumission à la stratégie de Lisbonne, au traité de Maastricht, au FMI, à l’OMC et autres fadaises antidémocratiques.

Tout ceci n’est que volonté de démantèlement du service public et de la main mise du marché sur nos vies.

Nous voilà rendu dans un principe de performance individuelle en opposition à une efficacité sociale.

Le statut est l’engagement, le contrat est la domination du fort sur le faible en faisant croire à protection du faible.

 

Nous devrions nous occuper de notre avenir

 

Aurore

Repost 0
Published by Rue Goudouly - dans -*- Billets
commenter cet article
28 mai 2010 5 28 /05 /mai /2010 03:37

http://goudouly.over-blog.com/article-un-mort-apres-la-finale-50942601.html

 

grece-067.jpg

 

Un mort après la finale

 

Un mort à Turin après la finale, ainsi titrait l’Equipe en mai 2010.

La brève était composée comme suit :

Un homme de 63 ans a succombé à ses blessures, dans la nuit de samedi à dimanche à Turin, après avoir été poignardé au torse alors qu'il regardait la finale de Ligue des champions entre l'Inter Milan et le Bayern Munich (2-0).

 

Aussitôt ce fut une flambée dans la presse, les radios et les télévisions.

Il fallait que cela cesse, ce n’était plus possible, on allait voir ce qu’on allait voir, le football c’était terminé, il n’y aurait plus d’autorisations, et d’abord on allait lancer un grand débat national pour prendre l’avis de la population et après on arrêterait tout ce bazard.

 

Oups pardon ! J’ai dû me tromper d’endroit et de semaine.

J’ai fait une confusion.

 

C’était la semaine dernière, lorsqu’il y en a un qui a sauté d’un pont après un apéro géant et qui en est mort.

 

Pour le foot désolée.

Il n’y aura pas d’interdiction et encore moins de débat national.

 

Vraiment désolée pour la méprise.

 

Nous devrions nous occuper de notre avenir.

 

Aurore

Repost 0
Published by Rue Goudouly - dans -*- Billets
commenter cet article
21 mai 2010 5 21 /05 /mai /2010 03:07

grece-067.jpg

 

C’est l’heure de l’apéro.

 http://goudouly.over-blog.com/article-c-est-l-heure-de-l-apero-50541522.html

 

Même si vous n’êtes pas des amis sur Facebook vous ne pouvez échapper à la tendance du moment : les apéros géants.

 

Il y a même une carte de France des apéros autorisés et interdits.

 

En soit l’apéro ne me gêne pas.

L’été j’y suis même favorable, quoique de manière raisonnable. J’ai un discours de prévention envers mes enfants en ce qui concerne toutes les consommations qui peuvent conduirent à des addictions.

 

L’organisation d’apéros géants me semble superfétatoire, voire même inutile.

Mais le phénomène m’intrigue.

Pourquoi les gens passent-ils par des réseaux dits sociaux tels Facebook pour se retrouver ?

Peut être notre société n’offre-t-elle plus de lieux d’échanges ?

Peut être aussi que le virtuel ne suffit pas, qu’il faille aussi et bien sûr du physique et que l’apéro soit un excellent moyen de se rencontrer.

 

La raison est valable.

L’envie se comprend.

 

Les bars faisaient office de lieux de rencontres il n’y a pas si longtemps que cela.

Aujourd’hui ils ferment les uns après les autres.

Les villages perdent leurs cafés.

La faute à qui ?

A un peu tout le monde : les prix, le qu’en dira-t-on, la télévision, l’époque qui change....allez savoir !

 

Toujours est-il que les apéros géants ont le vent en poupe et qu’à juste titre les politiques se soucis des ces rencontres inorganisées qui ne rapportent rien politiquement.

Car la santé publique est de leur ressort aussi.

 

Il n’y a qu’à voir en ce qui concerne l’amiante, ils ont pris leurs responsabilités, certes avec 50 ans de retard et quelques cancers au passage.

Il n’y a qu’à voir avec les OGM, les portables ou l’environnement, ils prennent leurs responsabilités.

Ils délèguent aux experts, à qui ils balancent des millions dans des laboratoires improbables afin de leur servir de fusibles.

 

Les politiques prennent donc les choses en main.

Ils réclament que cela cesse.

Ils réclament un débat public NATIONAL sur les apéros géants.

Le ridicule ne tuant pas ils abordent la question par le côté de la santé publique.

Qui le leur reprocherait ?

Personne, et moi non plus.

Ils ont su si bien faire lors de la dernière crise de grippe.

 

Ce n’est pas là que le bât blesse.

Les débats sur les OGM, le portable ou l’environnement ils les évitent soigneusement.

Voyez le dernier débat organisé, il concernait les nanotechnologies, il a été interrompu en cours de route car il n’allait pas dans le sens des affaires...euh pardon de l’intérêt public.

 

Allons y donc gaiement vers ce débat public concernant les apéros géants.

Moi je suis pour le débat et contre les apéros géants, faux semblants de relation entre humains.

 

Moi je suis pour que la télévision arrête de nous lobotomiser.

Je suis pour que les lieux de création, d’exposition, d’échanges et de transmissions soient ré-ouverts, subventionnés et développés.

 

Ben tant qu’on y est sur les débats publics urgents, je vais leur en proposer un de pressent : l’orientation de notre argent dans la société.

 

Quelles priorités donner à notre argent ?

 

Renflouer les caisses des banques ?

Permettre le hold up du siècle au détriment des populations en organisant la rigueur.

Ou bien, organiser la solidarité et la redistribution des richesses.

 

Allez chiche, organisez le ce débat, là je serais présente.

 

Pour l’autre sur les apéros géants, ne comptez pas sur moi.

Nous devrions nous occuper de notre avenir.

Aurore

 

Repost 0
Published by Rue Goudouly - dans -*- Billets
commenter cet article