Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Vous Êtes Arrivé

  • : Le blog de la rue Goudouly
  • Le blog de la rue Goudouly
  • : Les humeurs, les rumeurs, les coups de cœur, les coups de gueule, et puis les amitiés de la rue et de plus loin, de la journée, de l'air du temps...un peu de tout, un peu de rien, mais toujours à gauche.
  • Contact

Pour le plaisir

Recherche

Mémoire Classée

En campagne

11 décembre 2008 4 11 /12 /décembre /2008 03:02

















Par ici la bonne soupe


Un amendement pour protéger les boursicoteurs. Manquait plus que ça.

Cet amendement déposé par Philippe Marini, permettrait aux particuliers de déduire de leurs revenus les pertes sur les actions boursières à concurrence de 10 700 euros.

Au delà de ce plafond, ces pertes pourraient être reportées sur les exercices suivants durant 10 ans.

Sont concernées les opérations de ventes d’un montant inférieur à 25 000 euros au total, effectuées entre le 1er janvier et le 1er décembre 2008.

« Ce ne sera pas une très grosse mesure. Elle devrait concerner les portefeuilles boursiers modestes de particuliers d’un certain âge qui ont été dans l’obligation de vendre leurs actions dans ce marché aussi baissier, » a déclaré M. Marini, qui a affirmé que cet amendement avait été rédigé « en concertation » avec Bercy.


C'est bon ça mon coco.

Tu joues, tu gagnes, tu gardes; tu joues, tu perds, tu fais payer le contribuable.


C'est à dire qu'il faut rétablir la confiance, aider le petit joueur en bourse, au sens joueur de casino, pour faire avancer l'économie capitaliste.


Le sénateur Marini n'hésite pas à créer du droit pour rassurer la bourse et peut être quelques amis au passage.


Jouez en bourse braves gens, il n'y aura bientôt plus aucun risque, mais alors arrêtez de travailler parce que là par contre les risques sont accrus. Et l'autre qui nous explique : « travaillez plus pour gagnez plus » alors que des milliers d'emplois disparaissent. C'est la valorisation de l'argent facile qui a son heure de gloire.

Les pauvres malheureuses qui se lèvent le matin pour faire bouffer leur gosses c'est quoi ?

C'est décidé demain je boursicote.


Attendez j'ai un coup de fil, non deux.

Un double appel et là je suis pas très bonne pour gérer mon portable.

Je prends le premier on verra l'autre.


Moi : Bonsoir

Lui : Bonjour Aurore, ici Patrick Devedjian.
Moi : à quand même, ça fait bizarre.

Lui : ne soyez pas impressionnée.

Moi : que puis-je pour vous ?

Lui : on est en train de vérifier votre contenu informatique; arrêtez tout, l'amendement de Marini ne passera pas.

Moi : ah bon !

Lui : je ne suis pas sûr que ce soit une idée formidable, que ce soit en tous les cas la priorité

Moi : pour le moins

Lui : allez bonne soirée Aurore.


Vite l'appel en attente


Moi : Bonsoir

Lui : Bonsoir Aurore, c'est François Fillon

Moi : !!

Lui : je vous sent étonnée

Moi : oui un peu, je viens d'avoir Patrick Devedjian

Lui : il perd pas de temps celui là; de toute manière nous avons les mêmes services de traçage d'internet. Bon vous savez pourquoi j'appelle ?

Moi : je crois.

Lui : j'irais droit au but. Le gouvernement ne soutiendra pas l'initiative du sénateur.

Moi : voilà qui est clair

Lui : merci Aurore de faire passer le message et bonne soirée.

Moi : Monsieur le premier ministre bonne soirée.


Bon ben je boursicote pas à partir de demain, ça vaut plus le coup.

De toute manière je n'avais pas de fric pour le faire.

Demain je repars au boulot.


Ils osent tout en ce moment et si ça passe tant mieux. Mais là manifestement c'est un peu gros. Pendant la crise ils cherchent à préserver leur pognon.


Mais le principe est là, toujours le même : les bénéfices sont privé, les pertes sont publiques.

Fin de la première manche.
Mais cet amendement reviendra, plus tard sous une autre forme.

Vous savez à quoi on les reconnaît : ils osent tout !


Nous devrions nous occuper de notre avenir.

Aurore


Partager cet article

Repost 0
Published by Aurore - dans -*- Billets
commenter cet article

commentaires